LA SECONDE GUERRE MONDIALE (1939-1945)

PLEINS FEUX SUR… LE MOSQUITO

Le DH-98 Mosquito

One of the more versatile aircraft of the Second World War, the de Havilland DH 98 Mosquito had a maximum speed of 380 miles per hour Un des avions les plus polyvalents de la Seconde Guerre mondiale, le De Havilland DH-98 Mosquito, atteignait une vitesse maximale de 380 milles à l’heure (612 kilomètres à l’heure).

Le « Mossie » était fait presque entièrement d’épinette et de contre-plaqué, car ces matériaux n’étaient pas aussi rares ou aussi réglementés que d’autres employés dans la construction des avions. Des aviateurs irrévérencieux l’ont surnommé « la merveille de bois » ou encore « le rêve des termites ».

Avec ses lignes aérodynamiques et ses deux moteurs Rolls Royce Merlin, il était destiné à servir de bombardier léger. Toutefois, il a aussi rempli d’autres rôles. Il a été affecté à la chasse de nuit, à la lutte antinavigation, à la reconnaissance et même au transport. Les appareils de bombardement et de reconnaissance n’étaient munis d’aucune arme défensive, des pilotes misant plutôt sur la grande vitesse de l’avion pour assurer leur protection. De Havilland Canada a construit plus de 1 000 Mosquito à Downsview (Ontario).

L’Aviation royal canadienne (ARC) a été équipée de Mosquito de 1943 à 1951.

LE SAVIEZ-VOUS?

À partir de 1941, afin d’éviter la confusion parmi les unités du Commonwealth, les escadrons de l’Aviation royal canadienne (ARC), de la Royal Australian Air Force et de la Royal New Zealand Air Force sont renumérotés. L’ARC reçoit le bloc de numéros allant de 400 à 449. Par exemple, le 1er Escadron canadien devient alors le 401e Escadron.

À l’heure actuelle, un seul escadron aérien canadien déroge à cette règle; il s’agit du 103e Escadron de recherche et de sauvetage, basé à Gander (Terre-Neuve-et-Labrador), qui a remplacé la 103e unité de sauvetage en 1957.

PLEINS FEUX SUR… L’AFRIQUE DU NORD

Des aviateurs de l’ARC en Afrique du Nord.

En dehors de la guerre germano-soviétique sur le front de l’Est, les plus grandes batailles de chars de la Seconde Guerre mondiale ont lieu en Afrique du Nord, où les forces du Commonwealth, dirigées par le feld-maréchal Bernard Montgomery, se mesurent à l’Afrika Korps du feld-maréchal allemand Erwin Rommel.

Des Canadiens du 417e Escadron quittent l’Angleterre en avril 1942 pour se joindre à la « Desert Air Force » de la Royal Air Force (RAF), qui harcèle les troupes de l’Afrika Korps et perturbe le réseau d’approvisionnement allemand – un tel réseau est un élément clé qui détermine la victoire ou la défaite dans le désert. En mars 1943, le puissant Afrika Korps est vaincu, et Rommel rentre en Italie.