LA SECONDE GUERRE MONDIALE (1939-1945)

PLEINS FEUX SUR… LE CLUB DES COBAYES

Des aviatrices de l’ARC visitent des hommes qui reçoivent des traitements de chirurgie plastique à East Grinstead (de gauche à droite) : l’avc C. Lavallée; l’av1 W.J. Cox de l’ARC; R.J. Allen de la Marine marchande et le cpl Eileen Hassett.

Les médecins militaires, les infirmières et les adjoints médicaux de l’Aviation royale canadienne (ARC) deviennent des experts des soins traumatologiques pendant la Seconde Guerre mondiale.

À East Grinstead (Sussex), le personnel médical de l’ARC et celui d’autres pays introduisent des techniques de chirurgie plastique et des méthodes de psychothérapie novatrices (y compris de la bière à profusion!) pour traiter les grands brûlés.

De nombreux patients sont des aviateurs dont l’avion s’est écrasé en flammes. Puisque le traitement des brûlés est très primitif à l’époque, la plupart des patients seraient normalement morts ou auraient survécu avec une affreuse défiguration.

L’équipe médicale est dirigée par le plasticien néo-zélandais Archibald McIndoe. Un des premiers plasticiens du Canada, le Dr Ross Tilley se joint ensuite à lui. C’est un membre de l’ARC qui sera intronisé au Panthéon de l’Aviation du Canada en 2006.

Ces hommes deviennent célèbres sous le nom de « Club de cobayes » (Guinea Pig Club). Plus du quart des 649 patients traités là sont des Canadiens. À la fin de 2012, moins de 25 sont encore vivants, mais leur contribution a transformé à jamais les techniques de chirurgie plastique et la vie de millions de personnes.

LE SAVIEZ-VOUS?

Les aviateurs alliés internés à Buchenwald, un des infâmes camps de concentration nazis, survivent à leur emprisonnement, et ce, grâce à l’ennemi!

Des membres de la Luftwaffe ayant appris qu’il y avait des aviateurs alliés dans le camp de la mort en octobre 1944, ils prennent des mesures pour les faire transférer au camp de prisonniers de guerre Stalag Luft III.

« C’est un miracle, quand on pense que, d’une façon ou d’une autre, des aviateurs allemands, qui étaient nos ennemis au combat, mais nos compagnons d’armes, ont su qu’il y avait des aviateurs alliés à Buchenwald. Ils nous ont sauvé la vie », a déclaré aux responsables du Projet Mémoire Edward Carter-Edwards, un des 26 aviateurs de l’ARC détenus dans le camp.

Seulement deux des 168 aviateurs emprisonnés à Buchenwald y sont morts – en raison de la maladie.