L’ÂGE D’OR (1950-1964)

Les réseaux de radars – nos premières lignes de défense

Les stations de radar. Dans le sud du Canada ou dans le Grand Nord. Dotées d’effectifs ou automatisées. On les aime ou on les déteste!

Ces réseaux constituent la ligne de front pendant la guerre froide, et ceux qui les remplacent aujourd’hui continuent d’être les yeux et les oreilles de l’Amérique du Nord.

Tous les réseaux résultent de projets canado-américains. Le réseau Pinetree (qui longe le 50e parallèle, tout en s’écartant de cette ligne entre St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador) et l’île de Baffin, et la ligne Mid-Canada (plus au sud) fonctionne à partir du milieu des années 1950 jusque dans les années 1960.

Le réseau d’alerte avancée (réseau DEW), dont la construction se termine en 1957, les remplace alors. Ses 22 stations s’étirent de l’Alaska jusqu’au Groenland en traversant le Nord du Canada plus ou moins le long du 69e parallèle. Selon l’historien de la Défense Stephen Harris (voir l’Encyclopédie canadienne), la « concertation de haut niveau entre le Canada et les États-Unis, en vue de solutionner le problème commun de la défense aérienne de l’Amérique du Nord, est un premier pas important vers la création, en 1958, du Commandement de la défense aérienne de l’Amérique du Nord (NORAD), un organisme bilatéral intégrant la totalité des forces canadiennes de chasseurs et de radars de défense aérienne ».

En 1988, le Système d’alerte du Nord (SAN) remplace le réseau DEW et ce qui reste du réseau Pinetree. Ses 52 stations (15 radars à longue portée et 39 à courte portée déployés en Alaska et au Canada) suivent le même parallèle que le réseau DEW. En fait, plusieurs stations de ce dernier seront modernisées et intégrées dans le SAN, qui fonctionne encore à ce jour.

Foymount, une station du réseau Pinetree en Ontario.

Le sgt Gerald Watson vérifie l’équipement de test de radar à Foymount, une station de radar du réseau Pinetree en Ontario.

PLEINS FEUX SUR… LE VAMPIRE

DH-100 Vampire

Le DH-100 Vampire est le premier avion à réaction dont l’ARC se dote. Il sera en service de 1946 à 1958. Pour les pilotes aguerris de Spitfire et de Hurricane, une période d’adaptation s’impose. Après tout, où diable l’hélice est-elle passée?