L’ÂGE D’OR (1950-1964)

Par l’adj 1 Ray Tracy.

Le sgt Shatterproof.

Pendant l’âge d’or de l’Aviation royale canadienne (ARC), au cours des années 1950, celle-ci se distingue de nombreuses façons. Le Bureau des relations publiques de l’ARC emploie certains des meilleurs rédacteurs, réviseurs, photographes, concepteurs et graphistes qui existent, militaires ou non, pour raconter l’histoire de l’ARC. Le sous-officier breveté, 1re classe, Ray Tracy est l’un de ces artistes. Puisqu’il est un graphiste bédéiste doué, il capte certains des moments les plus drôles vécus par des membres de la Force aérienne.

Ses bandes dessinées et ses caricatures n’épargnent aucun grade ni spécialité. Ray Tracy, qui est né à Fairville (Nouveau-Brunswick), s’enrôle dans l’ARC en 1940 à titre de mécanicien de moteurs d’avion, mais bientôt, ses talents de dessinateur et d’artiste deviennent évidents. En 1945, il change de métier et devient graphiste à temps plein. Il collabore de près avec les responsables de la revue Roundel dès sa création en 1948 et il donne ainsi vie au sombre « sergent Shatterproof » et à sa pipe.

Ray Tracy est décédé prématurément à l’âge de 37 ans, le 12 mai 1958. Il laisse alors à la postérité un trésor artistique qui mérite d’être admiré par la Force aérienne d’aujourd’hui et de demain.

LE SAVIEZ-VOUS?

Ray Tracy s’était lié d’amitié avec un autre graphiste célèbre de l’ARC, à savoir le sergent de section Bruce Beatty. Le premier ministre « Mike » Pearson a demandé à Beatty de présenter un concept pour le nouvel Ordre du Canada. Beatty a dessiné un magnifique flocon de neige, et le modèle a été accepté et demeure à ce jour l’insigne de l’Ordre. Après avoir pris sa retraite, Beatty a travaillé au ministère de la Défense nationale puis à la Chancellerie des ordres et décorations du Canada, à Rideau Hall, où il a conçu des insignes d’unité, d’ordre et de décoration. Après le décès de Tracy, sa veuve a remis à Beatty plusieurs dizaines de ses bandes dessinées originales. Dans le cadre des recherches faites pour réaliser la première édition du présent ouvrage, les bandes dessinées ont été mises en lumière, et Bruce Beatty en a fait don à l’ARC afin qu’elle les conserve pour les générations à venir.