Fin de la Guerre Froide et Début de la Campagne Contre le Terrorisme (de 1989 à nos jours)

Début de la campagne d’Afghanistan

Le monde change le 11 septembre 2001.

Ce jour-là, des terroristes emploient des avions de ligne pour attaquer le World Trade Center à New York et le quartier général de la Défense des États-Unis, au Pentagone (Virginie). L’expression « 11 septembre » (en anglais « 9/11 ») devient synonyme de traîtrise et de brutalité, tout comme les mots « Pearl Harbor » le sont depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les démocraties entrent alors dans une nouvelle ère de planification militaire en organisant une campagne contre le terrorisme.

Cette même année, le Canada commence à envoyer du personnel militaire en Afghanistan, pays où se sont entraînés les terroristes auteurs des attentats du 11 septembre et qui a souffert sous le régime autoritaire des talibans.

PLEINS FEUX SUR…LE CH-147 CHINOOK

Des hélicoptères Griffon et Chinook pendant une mission d’entraînement en Afghanistan.

En 1991, les hélicoptères CH-147 Chinook du Canada sont mis au rancart. Le 447e Escadron d’hélicoptères de transport, à Edmonton, est dissous et le 450e Escadron d’hélicoptères de transport, à Ottawa, devient le 450e Escadron mixte d’hélicoptères (et, plus tard, le 450e Escadron tactique d’hélicoptères) muni de CH-135 Twin Huey.

Or, un bon hélicoptère ne saurait rester au sol.

À la suite du « rapport Manley », le Canada achète des États-Unis des CH-147D Chinook pour s’en servir en Afghanistan. Plus tard, les Forces armées canadiennes amorceront le processus d’acquisition de 15 CH-147F Chinook neufs pour exécuter des missions au pays et à l’étranger. La livraison de ces nouveaux appareils a commencé en 2013 et elle a été achevée un an plus tard.

La transformation

Le sgt Chad Zopf, un mitrailleur posté à la porte, à bord d’un hélicoptère Griffon pendant un exercice en Afghanistan.

En 2005, les Forces armées canadiennes entreprennent un processus de transformation pour mieux faire face aux défis du monde moderne – les menaces dites « asymétriques » dont le meilleur exemple réside dans les attaques du 11 septembre 2001.

La Force aérienne a amorcé sa propre transformation avant l’annonce de celle qui englobera toutes les Forces canadiennes.

La Force aérienne définit comme suit ce qu’elle tend à devenir : « Une force aérospatiale agile et apte à combattre, ayant la portée et la puissance essentielles pour mener des opérations intégrées des Forces armées canadiennes au pays et à l’étranger. »

La mise sur pied du Centre de guerre aérospatiale des Forces canadiennes, la publication de la doctrine, de la stratégie et d’autres documents marquants de la Force aérienne, la capitalisation de l’équipement, le renforcement de sa présence en Afghanistan et la modernisation de ses groupes professionnels et de son instruction sont des éléments qui ont contribué à la transformation de la Force aérienne pour en faire une force moderne et capable de répondre aux besoins du XXIe siècle.

La renaissance de la capacité expéditionnaire

En décembre 2008, la Force aérienne franchit une importante étape dans sa transformation en se dotant d’une capacité expéditionnaire au moment de la mise sur pied de l’Escadre aérienne de la Force opérationnelle interarmées – Afghanistan. La nouvelle escadre est dès lors chargée des hélicoptères de transport tactique moyen à lourd, du transport aérien tactique dans le théâtre et des véhicules aériens tactiques non pilotés.

Au cours de ses trois années d’existence, l’Escadre aérienne a transporté des troupes et du matériel canadiens et alliés à destination et en provenance de divers théâtres et dans tout l’Afghanistan, ce qui a réduit les risques inhérents aux mouvements terrestres. Son personnel a aussi fourni de précieux services de surveillance et de reconnaissance et permis ainsi aux commandants « sur le terrain » de prendre de meilleures décisions. Sa présence a sauvé d’innombrables vies humaines.

L’Escadre aérienne a été dissoute le 18 août 2011, quand le Canada a mis fin à sa mission de combat en Afghanistan.

Des membres de l’Aviation royal canadienne (ARC) ont continué de servir en Afghanistan dans le cadre de l’opération Attention, qui est la contribution du Canada à la Mission de formation de l’OTAN en Afghanistan.

L’ARC a ramené au pays les derniers militaires canadiennes d’Afghanistan le 18 mars 2014.

LE SAVIEZ-VOUS?

Un avion Hercules largue des fournitures sue une base d'opérations avancée en Afghanistan en 2011.

Le 14 juillet 2006, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la Force aérienne parachute des ravitaillements (y compris des munitions, de la nourriture et de l’eau) pour appuyer des troupes combattantes en Afghanistan.

PLEINS FEUX SUR… LE 7E LIVRE DU SOUVENIR

Veterans Affairs Canada.

Anciens combattants Canada.

Le livre intitulé Au service du Canada, qui est le Septième Livre du Souvenir, a été dédicacé le 11 novembre 2005.

Il contient les noms des hommes et des femmes des Forces armées canadiennes qui ont sacrifié leur vie au service du Canada depuis octobre 1947, à l’exception de ceux qui figurent dans le Livre du Souvenir consacré à la guerre de Corée. Cet ouvrage s’ajoute aux six premiers Livres du Souvenir du Canada qui contiennent les noms des Canadiens tombés au champ d’honneur. Ces livres se trouvent dans la Chapelle du Souvenir de la Tour de la Paix, sur la colline du Parlement, à Ottawa.

Le septième livre est un document vivant, car des noms continuent de s’y ajouter. C’est un ouvrage particulièrement poignant pour les membres de l’Aviation royal canadienne (ARC), car un fort pourcentage des personnes dont le nom y figure provient de la Force aérienne en raison des dangers inhérents au vol, que ce soit en temps de paix ou de guerre.