L'histoire de la 12e Escadre Shearwater

L’histoire de Shearwater reflète l’évolution de l’aviation au Canada et le développement de la Force aérienne au pays. La 12e Escadre Shearwater est l’un des plus vieux aérodromes militaires au Canada, le deuxième après celui de la Base des Forces canadiennes (BFC) Borden.

Shearwater a été établie en août 1918 comme base maritime, lorsque le petit promontoire situé dans le passage est du port de Halifax et connu sous le nom de Baker’s Point est devenu la U.S. Naval Air Station Halifax. Shearwater est par la suite devenue une station de la Force aérienne du Canada, de l'ARC et de la Marine royale du Canada (MRC).

Lorsque les forces armées se sont unifiées en 1968, Shearwater est devenue une BFC et elle est aujourd’hui une escadre du Commandement aérien opérant comme unité hébergée soutenue par la BFC Halifax.

Shearwater est la base d’attache d’escadrons aériens du Canada depuis plus de 80 ans. Elle est en service continu depuis plus longtemps que toute autre base militaire aérienne du Canada. Étant située sur la côte, Shearwater a toujours été étroitement liée aux espaces aériens et aux voies maritimes du Canada atlantique. En fait, c’est la menace par voie maritime qui constituait la raison d’être première de la base, qui poursuit toujours ses activités.

C’est grâce à la persévérance et à l’insistance de l’Amirauté britannique et à la bonne collaboration de la U.S. Navy qu’est née la station aérienne de Dartmouth, le lieu de naissance de l’aviation de patrouille maritime au Canada.

Après avoir été mise en service comme station de la Force aérienne du Canada et, plus tard, comme station de l’ARC à Dartmouth, l’hydrobase est devenue la base d’attache de quelques-uns des premiers hydravions, ce qui a joué un rôle essentiel dans le développement du Canada, de son statut de dominion britannique très dépendant à celui de pays autonome.

La station de l’ARC à Dartmouth était la base d’attache de nombreux escadrons de bombardement de reconnaissance qui ont joué un rôle majeur dans la bataille de l’Atlantique pendant la Deuxième Guerre mondiale. Dartmouth est l’une des rares bases aériennes en sol canadien où l’on a directement affronté l’ennemi pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Le NCSM Shearwater est également le lieu de naissance de l’aéronavale au Canada. De 1948 à 1968, c’était la base d’attache des escadrons de l’aéronavale du Canada lorsque ceux-ci n’étaient pas embarqués sur les porte-avions. Notons l’initiative de la MRC, qui a mis de l’avant l’idée de faire décoller les hélicoptères à partir de destroyers, concept qui a par la suite été adopté par d’autres forces navales dans le monde.

À compter de 1963, les CH-124 Sea King ont été utilisés comme avant-garde des opérations de paix. Ils se sont distingués auprès des Nations Unies dans le golfe Persique, la mer Rouge, en Somalie, en Haïti et dans la mer Adriatique.

Bien qu’il compte plus d’années de service que bien des personnes faisant partie de son équipage de vol et de son équipe de maintenance, le Sea King se retrouve presque toujours au premier rang lors des opérations maritimes mises sur pied par le Canada. Tout comme les premiers hydravions et avions amphibies qui ont ouvert la voie de l’aéronavale au Canada, le Sea King sert les intérêts d’autres ministères gouvernementaux. Les Forces armées canadiennes ont mis le Sea King hors service à la fin de 2018.

Aujourd’hui, la 12e Escadre est dotée d’appareils CH-148 Cyclone et poursuit ses activités à partir de Shearwater, en Nouvelle-Écosse, et de la baie Patricia, en Colombie-Britannique, afin de continuer à jouer son rôle premier : protéger la souveraineté de nos eaux côtières et participer à la promotion des intérêts canadiens à l’étranger.