L'histoire de la 4e Escadre

La construction de la base de l’Aviation royale du Canada (ARC) à Cold Lake débute en 1952. L’ARC choisit cet endroit, car il présente plusieurs caractéristiques géographiques avantageuses : le terrain est bien drainé et plat, et des carrières de gravier se trouvent en proximité. Cold Lake est la première base aérienne à être construite pour l’ARC après la Deuxième Guerre mondiale.

En 1953, le gouvernement fédéral signe un accord avec les provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan pour utiliser une bande de terre de 180 km de long sur 65 km de large comme polygone de tir aérien. La Station de l’ARC Cold Lake est inaugurée au printemps de 1954 sous le commandement temporaire du commandant d’escadre John Watts.

Le polygone de tir aérien de Cold Lake, qui a évolué avec le temps, est considéré aujourd'hui comme l'un des meilleurs du genre au monde. D'une superficie de 1,17 million d'hectares, il chevauche la frontière de l'Alberta et de la Saskatchewan. Plusieurs caractéristiques toutes particulières du polygone en font un emplacement idéal pour l'entraînement aux opérations aériennes conjointes. La topographie du territoire, avec ses forêts denses et ses nombreux lacs, ressemble à celle de l'Europe et contraste avec le milieu désertique de la zone d'entraînement du sud-ouest du Nevada.

La construction de l’unité d’interception contrôlée du sol, qui est baptisée plus tard 42e Escadron de radar, commence en juin 1954. En septembre et octobre 1954, la construction de 355 logements familiaux (LF) est achevée. L’expansion rapide de la station demande la construction de logements supplémentaires, et la construction de 200 maisons et un terrain pour caravanes où 40 familles seraient logées est donc entreprise.

Le premier jour d’entraînement au vol a lieu le 1er septembre 1954 au bâtiment abritant l’entraîneur synthétique de l’école d’instruction au sol. En novembre 1954, la construction de 40 bâtiments principaux est terminée, y compris un énorme hangar à cantilever, quatre hangars à structure en acier de 160 pieds, les chapelles, les logements et les mess pour les officiers et les militaires du rang, en plus de nombreux autres grands bâtiments nécessaires au fonctionnement d’une base aérienne moderne. Parmi ceux-ci figure l’hôpital de la base qui, unique à la plupart des hôpitaux de l’ARC, fournit des services à tous les dépendants du personnel de la Force aérienne et aux civils des environs. La station de Cold Lake devient alors une communauté autonome avec des services et des activités, dont la natation, la balle- molle, les sports d’hiver, une bibliothèque et un théâtre.

Le détachement d’évaluation de l’armement aérien est la première unité de vol à la station lorsqu’elle commence ses activités en avril 1954. À peu près au même moment, Cold Lake reçoit la 3e Unité d’entraînement opérationnel tout temps (chasseurs). En janvier 1956, l’Unité d’entraînement aux armes (UEA) du Commandement de la défense aérienne et l’Unité de vérification des compétences (UVC) constituent les premières unités d’instruction de la base. Elles ont pour mandat de former les contrôleurs au sol et les équipages du CF-100.

Le développement rapide de la base se déroule parallèlement à l’acquisition et à l’utilisation de nombreux appareils de différents types. La base devient l’une des plus grosses et plus actives unités de vol de la Force aérienne du Canada de l’après-guerre. Des avions comme le C-45 Expeditor, les DeHavilland « Otters » et les célèbres C-47 « Dakota » permettent de maintenir un lien de communication et de transport vital avec Edmonton au fil des ans. En outre, l’escadrille de la base compte un certain nombre d’hélicoptères, principalement pour fournir des services d’évacuation sanitaire.

Au printemps de 1961, en prévision du remplacement du CF-100 par le CF-101 Voodoo, l’UEA et l’UVC sont démantelées. En août 1961, la 3e Unité d’entraînement opérationnel tout temps déménage à Bagotville pour que la 6e Unité d’entraînement opérationnel d’attaque et de reconnaissance puisse s’installer à Cold Lake. Parmi les responsabilités de cette « nouvelle » unité figure l’entraînement des équipages pour les escadrons de CF-104 de l’ARC basés en Europe. La 10e Unité d’instruction technique appliquée (10 UITA) est créée au même moment pour former le personnel au sol s’occupant de la maintenance du nouveau chasseur.

De 1964 à 1968, l’ARC ainsi que l’Armée et la Marine procèdent à une fusion connue sous le nom d’unification. La Station de l’ARC de Cold Lake devient alors la Base des Forces canadiennes (BFC) Cold Lake.

En 1971, le Centre d’essais techniques (Aérospatiale) (CETA) est créé à Cold Lake pour réunir les divers établissements d’évaluation existant au Canada. Son rôle principal consiste à mener d’importants essais et évaluations en vol pour les Forces canadiennes (FC). En tant qu’unité hébergée de la 4e Escadre Cold Lake, le CETA relève directement de sa chaîne de commandement, le sous-ministre adjoint (Infrastructure et Environnement) à Ottawa. Le CETA veut rendre ses services d’essai et d’évaluation d'ingénierie plus efficaces, efficients et durables. Pour ce faire, le CETA s’établit à Ottawa, transforme sa structure organisationnelle et collabore avec le Laboratoire de recherche en vol du Conseil national de recherches du Canada (LRV du CNRC) et la Direction générale des services des aéronefs de Transport Canada (SDA de TC) à l'aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa.

Les années 1980 voient l’arrivée d’un nouveau chasseur au Canada, le CF-18 Hornet. Les préparatifs commencent en 1981 avec la construction sur la base d’un grand nombre d’installations adaptées au nouveau chasseur. À cette fin, on fait l’acquisition d’un nouveau simulateur et d’un simulateur de systèmes d’armes, on réalise des améliorations au champ de tir, et on construisit un atelier des moteurs, un atelier d’avionique, un entrepôt d’approvisionnement et de nouveaux locaux pour la 10 UITA.

Le 4 juin 1983, le CF-104 se fait entendre pour la dernière fois à Cold Lake et le CF-18 fait son entrée comme nouveau chasseur à la base. De plus, on rénove en grand le centre commercial du CANEX en 1985.

La fin de la guerre froide et le début des troubles dans le golfe Persique marquent le début des années 1990. Durant cette période, de nombreuses bases ferment en Europe et les unités de chasseurs de l’ARC sont regroupées au Canada. Après la fermeture en juin 1993 de la base située à Baden-Soellingen, en Allemagne, la BFC Cold Lake devient la base de la 4e Escadre. En 1995, c’est fin d’une époque à la 4e Escadre lorsque le 419e Escadron est démantelé et le dernier CF-5 est retiré du service actif.

Pour répondre aux besoins des jeunes, la base ouvre une toute nouvelle garderie en 1990. La modernisation des installations de soutien du personnel de la 4e Escadre   se poursuit avec l’ouverture du Centre communautaire Medley en 1996, qui abrite actuellement le Centre de ressources pour les familles des militaires (CRFM). Le nouveau théâtre de l’escadre ouvre ses portes en 1999 et l’hôpital de l’escadre (22e Unité des services de santé) déménage dans le centre rénové du Canex. En octobre 1999, la patinoire et les centres récréatifs vieillissants sont remplacés par le Centre sportif Colonel JJ Parr. Cette nouvelle installation comprend une piscine pleine grandeur et une glissade d’eau, deux patinoires de hockey, des terrains de racquetball intérieurs ainsi que des installations d’exercice et de réunion. Plus tard en 2007, le Palm Springs Golf Club est remplacé par un nouveau centre récréatif, renommé Cold Lake Golf & Winter Club. Il comprend une glace de curling à six couloirs et des installations de réunion.

Durant le conflit dans la région de la Baltique, les escadrons et unités de la 4e Escadre vont appuyer les opérations ECHO et ALLIED FORCE, basées à Aviano, en Italie, de 1998 à 2000.

Dans le cadre de la réorganisation du système intégré d’entraînement des pilotes des Forces armées canadiennes (FAC) en 2000, l’installation d’entraînement (Fulton) des « Moose » a été ouverte pour accueillir le 419e Escadron des « Moose » nouvellement restructuré et muni du nouveau avion-école CT-155 Hawk, ce qui a permis l’entraînement du personnel canadien et de ses partenaires de l’OTAN pour la phase d’entraînement initial des pilotes de chasse (EIPC).

Après le 11 septembre, les opérations de patrouille de souveraineté aérienne du NORAD se sont accrues, et les FAC ont assumé un rôle considérable de combat en Afghanistan; on a fait appel à la 4e Escadre pour fournir du soutien concernant le personnel et la logistique tout au long de cette campagne de 12 ans. Durant cette période, le Centre des jeunes de l’escadre est établi en 2003. En 2006, le Quartier général de la 4  Escadre déménage à l’ancien Centre d’entraînement des pilotes Colonel Ned Henderson, et le centre du simulateur de deuxième génération est établi. De plus, en 2006, les 416e et 441e escadrons sont dissous et reconstitués en 409e Escadron d’appui tactique « Nighthawks ».

Pendant les opérations au-dessus de la Libye en 2011, la 4e Escadre soutient l’opération MOBILE. D’avril à octobre 2011, des CF-18 et les équipages de la 3e Escadre Bagotville et de la 4e Escadre Cold Lake cumulent près de 1 000 sorties dans le cadre de missions de patrouille et de combat, à partir de la base aérienne Trapani, en Sicile, en Italie. Également en 2011, l’Aviation canadienne change officiellement de nom et devient l’Aviation royale canadienne (ARC), un retour en arrière après les 50 ans de l’unification.

En octobre 2014, le gouvernement du Canada a fait appel à la 4e Escadre Cold Lake pour appuyer l’opération IMPACT au Koweït. Les premiers éléments sont composés principalement du 409e Escadron d’appui tactique et quittent Cold Lake dans le cadre d’un déploiement de six mois avec six CF-18 Hornet. Le 30 juin 2015, le 409e Escadron d’appui tactique est scindé pour permettre le rétablissement du 401e Escadron d’appui tactique et faire évoluer davantage la force de chasse de l’ARC. Peu après le rétablissement du 401e Escadron d’appui tactique, il est déployé dans le cadre de la troisième rotation pour appuyer l’opération IMPACT.

En mars 2020, un nouveau centre de santé de la 4e Escadre a été ouvert au même endroit que l’hôpital original de la 4e Escadre. L’établissement offre une variété de services médicaux, y compris les soins dentaires, la physiothérapie, la pharmacie, la prestation de soins, la santé mentale et la médecine préventive.

En 2017 et en 2019, la 4e Escadre participe à renforcer les opérations de police aérienne en Roumanie. La Force opérationnelle aérienne – Roumanie (F0A-R) fait partie de l’opération REASSURANCE, la contribution des FAC en appuie à la demande de l’OTAN pour des mesures d’assurance renforcées afin de faire la promotion de la sécurité et de la stabilité en Europe du centre et en Europe orientale.

La mission actuelle de la 4e Escadre et de la BFC Cold Lake vise à contribuer à la prestation de l’ARC à la Puissance aérienne en formation en appui aux besoins de sécurité au pays et à l’étranger. La 4e Escadre est la base d’attache du 401e Escadron d’appui tactique « Rams », du 409e Escadron d’appui tactique « Nighthawks », du 410e Escadron d’entraînement opérationnel à l’appui tactique « Cougars ». Ces trois escadrons exploitent les avions de chasse CF-18 Hornet.

La 4e Escadre est également la base d’attache du 417e Escadron de soutien au combat, qui exploite l’hélicoptère CH-146 Griffon, et du 419e Escadron d’entraînement à l’appui tactique, qui exploite le CT-155 Hawk dans le cadre du Programme d’entraînement en vol de l’OTAN au Canada.

Par ailleurs, la 4e Escadre compte d’autres unités, services et escadrons d’opération et de soutien qui appuient le mandat de la 4e Escadre et le succès de ses missions.