Nos gens : le major Matthew Dukowski commande le détachement aérien (Atlantique) affecté à l’opération Laser

Article de nouvelles / Le 23 avril 2020

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d’images » pour voir d’autres photos.

Affaires publiques de la Force opérationnelle aérienne affectée à l’opération Laser

« Lorsque la situation s’aggrave, les gens se tournent vers nous », explique le major Matthew Dukowski. « C’est ce que font les forces armées. »

Le major Dukowski commande le détachement aérien (Atlantique) affecté à l’opération Laser, l’intervention des FAC visant à lutter contre la pandémie mondiale du nouveau coronavirus.

Le major Dukowski travaille à la 12e Escadre Shearwater, en Nouvelle-Écosse, où il dirige un détachement d’hélicoptères CH-148 Cyclone. Un détachement d’hélicoptères CH-149 Cormorant de la 14e Escadre Greenwood et de la 9e Escadre Gander relève également de son commandement. Dans la Force opérationnelle aérienne (FOA) affectée à l’opération Laser, son détachement est l’un des six situés au Canada auxquels on confiera la tâche d’intervenir en cas de demandes d’aide du gouvernement du Canada.

En prévision de telles demandes, la 12e Escadre a converti la variante du CH-148 Cyclone consacré à la lutte anti-sous-marine (LASM) en hélicoptère utilitaire, ce qui permet à l’appareil de transporter jusqu’à 22 passagers en plus du personnel navigant, soit une augmentation de six personnes par rapport à la configuration de LASM. Or, ce n’est pas la seule différence.

« Nous essayons de pratiquer l’éloignement physique autant que possible, explique le major Dukowski à propos du respect des directives gouvernementales liées à la COVID-19. Les deux pilotes dans le poste de pilotage sont proches, mais nous avons établi des règlements qui s'appliquent au reste de l’appareil. »

De plus, les escadrons de la 12e Escadre ont instauré de nouvelles procédures de nettoyage et un calendrier de rotation des détachements afin de limiter les contacts humains. « En somme, si vous n’êtes pas obligé d’aller travailler, n’y allez pas. »

Avant de se joindre aux Forces armées canadiennes, le major Dukowski a fréquenté l’Université de Boston, au Massachusetts, grâce à une bourse d’aviron. Avant même d’obtenir son baccalauréat en sciences en 2003, il savait qu’il voulait devenir pilote militaire. « Les attentats du 11 septembre ont eu lieu lorsque j’étais aux États-Unis, et beaucoup de mes amis se sont enrôlés à ce moment-là, dit-il. Trois de mes professeurs étaient d’anciens pilotes militaires, et je me reconnaissais vraiment en eux. »

« Au début, je voulais piloter des avions, mais j’ai ensuite décidé que les hélicoptères seraient plus intéressants. »

Une fois à l’école de pilotage d’hélicoptère, il a choisi l’hélicoptère maritime. « Je savais que j’aurais l’occasion de participer à un déploiement et d’accomplir mon travail, dit-il à propos du CH-124 Sea King, souvent considéré comme la bête de somme de l’Aviation royale canadienne. Je voulais piloter le Sea King, mais je pensais aussi au jour où je pourrais piloter le Cyclone. »

Après avoir obtenu son brevet de pilote en 2009 à bord de l’hélicoptère Bell 412, il a été affecté la même année au 423e Escadron d’hélicoptères maritimes (423 EHM), qui relève de la 12e Escadre. Au cours de son affectation, il a servi à bord du navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Charlottetown lors de l’opération Mobile et du NCSM St. John’s pendant les opérations Caribbe et Nanook.

En 2014, le major Dukowski a été affecté à l’Installation d’évaluation et d’essai opérationnels - Hélicoptères, où il a fait partie des premiers équipages formés en vue d’utiliser le nouveau CH-148 Cyclone.

En 2017, il a réintégré le 423 EHM et, en 2019, il a assumé le commandement du détachement d’hélicoptère affecté au NCSM Toronto lors d’un déploiement de six mois dans le cadre de l’opération Reassurance. « À ce moment, le poste de commandant du détachement affecté au NCSM Toronto constituait l’apogée de ma carrière, dit-il. J’avais gravi les échelons jusqu’au poste de copilote à bord du Sea King, puis à bord du Cyclone. Lors de ce déploiement, j’étais à l’aise avec l’appareil en plus de pouvoir compter sur le soutien d’une équipe formidable. C’était l’occasion idéale pour moi d’assumer le commandement d’un détachement. J’ai connu un déploiement très réussi. »

Depuis son retour à la 12e Escadre l’été dernier, le major Dukowski occupe la fonction de commandant adjoint du 423 EHM. Après un déploiement de six mois dans le cadre de l’opération Reassurance, il s’habituait à un quotidien ordinaire entre son travail et son domicile à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, avec sa femme et ses trois jeunes filles.

Maintenant, dans son nouveau rôle de commandant du détachement aérien (Atlantique) de la FOA affectée à l’opération Laser, son horaire a encore changé. Toutefois, il se dit prêt à affronter ce qui l’attend. « Normalement, le Cyclone décolle d’un navire, donc cette opération sera différente, dit-il, ajoutant que lui et son équipe se débrouilleront si on leur demande d’aider les Canadiens. C’est la raison pour laquelle nous sommes ici. C’est notre travail. »

Date de modification :