Une chance inespérée : la major Gillian Parker reçoit la Médaille du service méritoire de l’OTAN

Galerie d'images

Liens connexes

Article de nouvelles / Le 28 août 2020

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par Emily Lindahl

À l’automne 1992, inspirée par un ami et collègue d’IBM qui visait très haut, Gillian Parker est entrée dans un centre de recrutement des Forces armées canadiennes (FAC) à la poursuite d’un rêve personnel : s’enrôler dans l’Aviation royale canadienne (ARC) et obtenir son brevet de pilote. Ses 27 années de service suivantes ont été remplies de difficultés à surmonter et d’occasions à saisir, avec des hauts et des bas, mais surtout de belles réussites accomplies dans une grande équipe.

La major Parker a fait de nombreuses choses en près de 28 ans de carrière dans les FAC. Elle a exercé les fonctions de pilote instructrice à bord du Tutor et piloté des Hawk et des Hercules dans le cadre d’opérations tactiques et de recherche et de sauvetage (SAR), y compris trois missions en Afghanistan. Les opérations étaient particulièrement gratifiantes « parce que nous mettions en pratique tout ce que nous avions si durement appris à faire en équipe », dit-elle.

La major Parker a également effectué deux affectations en tant qu’officière d’état‑major : l’une au Quartier général de la Défense nationale (QGDN) à titre de chef de cabinet et l’autre, au Commandement des opérations interarmées du Canada (COIC) en tant que bureau de première responsabilité de l’état‑major de SAR. Elle a été officière de la sécurité des vols et a écrit pour la publication du Directeur – Sécurité des vols, Propos de vol. Tout au long de sa carrière, elle a aussi fièrement assisté aux conférences des Canadiennes dans l’aviation, en plus d’y contribuer ou d’y participer directement.

En 2016, la major Gillian Parker a été affectée au Commandement de la composante aérienne alliée de l’OTAN à Ramstein, en Allemagne, pour y accomplir le travail qui a peut-être été le plus demandant de sa carrière. Les trois années suivantes ont été consacrées à la planification détaillée de l’exercice multinational des forces aériennes Trident Juncture 2018. 

Non seulement il s’agissait d’un exercice de « haute visibilité » de l’OTAN, mais également du plus grand exercice en direct de l’OTAN mené à ce jour. Cet exercice s’est déroulé sur les terres, dans la mer et dans le ciel de la Norvège et a rassemblé plus de 50 000 soldats, 200 navires et dix avions, qui ont utilisé des bases aériennes en Norvège, en Suède et en Finlande. Pour ajouter à la complexité de la logistique et de la planification, l’exercice s’est déroulé fin octobre et début novembre, ce qui a présenté des difficultés particulières en ce qui a trait à la météo et à la lumière du jour.  

La polyvalence, la minutie et les capacités de la major Parker en matière de planification d’état‑major ont été poussées à leurs limites. En tant qu’une des deux responsables de la planification aérienne, la major Parker a fait appel à un groupe restreint de 35 militaires de 31 pays membres de l’OTAN et pays partenaires différents, chacun d’eux expert dans son domaine. Travailler avec des pays, des langues, des grades et des normes sociales différents était parfois difficile, mais aussi extrêmement gratifiant. C’était du travail d’équipe de l’OTAN à son meilleur.   

Trois années de planification ont abouti à un exercice intégré et réussi qui a mis au défi tous les participants et toutes les armes dans l’éventail complet des capacités combinées de l’Alliance. « La concrétisation de ce projet depuis sa conception jusqu’à son exécution détaillée, en passant par les visites sur le terrain, la planification et l’entraînement préparatoire, a témoigné de l’engagement et des capacités de tous les planificateurs concernés, y compris les planificateurs terrestres et maritimes, et certainement nos hôtes militaires norvégiens », souligne la major Parker. « J’étais également très fière de la contribution des Canadiens. Les FAC ont participé à Trident Juncture 18 avec plus de 2 000 soldats, deux navires et onze avions, sans parler des Canadiens affectés à des postes de l’OTAN, exerçant des fonctions importantes dans le cadre des exercices de l’OTAN. Je crois que nous avons fait nos preuves », ajoute-t-elle.

Au retour de la major Parker au Canada, le lieutenant‑colonel Jim Roussell, son commandant dans le Commandement aérien de l’OTAN, l’a informée que le commandant du contingent canadien, le colonel Dan Constable, avait soumis sa candidature en vue de l’obtention de la Médaille du service méritoire de l’OTAN (MSM). En y réfléchissant, elle dit : « Je ne pensais pas avoir une chance d’obtenir cette reconnaissance personnelle, car tant de personnes ont apporté une immense contribution, dans l’ensemble. En tant qu’équipe, nous avons tenu nos promesses ». Elle est très heureuse et honorée de recevoir une telle reconnaissance pour ses efforts.  

De retour au Canada, la major Parker a assumé un nouveau rôle, celui de commandante du centre de transition de la base des Forces canadiennes Borden. Bien que la pilote en elle s’ennuie de voler, elle a pu mettre son expérience au service d’une mission différente, mais très importante, axée entièrement sur le personnel. Le rôle de la major Parker consiste à soutenir les militaires des FAC malades ou blessés ainsi que leurs familles pendant leurs difficiles transitions, qu’il s’agisse d’un retour à leur travail dans les FAC ou du passage à la vie civile. « Le personnel ici m’inspire tous les jours par sa bienveillance et sa capacité d’adaptation, alors qu’il soutient les militaires tout au long du processus de transition. »

Lors d’une cérémonie tenue au QGDN le mercredi 29 juillet 2020, la major Gillian Parker a reçu la Médaille du service méritoire de l’OTAN en raison du travail exceptionnel qu’elle a accompli pendant son affectation au Commandement de la composante aérienne alliée de l’OTAN à Ramstein, en Allemagne. Compte tenu des protocoles d’éloignement physique à cause de la pandémie de COVID‑19, la major Parker n’était accompagnée que de son mari, le lieutenant‑colonel (à la retraite) Ed Staniowki, et du colonel Dan Constable.

Dans une lettre accompagnant la MSM, la brigadier-général Darlene Quinn, commandante de la Formation Europe et représentante militaire nationale du Canada auprès du Grand Quartier général des Puissances alliées en Europe, a affirmé que « bien que la récompense ne concerne que le travail de la major Parker accompli dans le cadre de ses fonctions dans l’OTAN, elle témoigne également de son éthique de travail dans les FAC et de la collectivité canadienne en Allemagne, où elle s’est portée volontaire pour organiser des activités communautaires qui ont contribué à favoriser l’établissement de liens solides entre les membres du contingent canadien à Ramstein ».

Félicitations, Major Gillian Parker!

Date de modification :