Entretenir le Système d’alerte du Nord

Article de nouvelles / Le 29 septembre 2020

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d’images » pour voir d’autres photos.

Par le major Don Ebsary et la capitaine Leah Pierce

Telles des sentinelles silencieuses qui surveillent un terrain inhospitalier et impitoyable, les 50 radars du Système d’alerte du Nord (SAN) parsèment le littoral du Haut-Arctique de l’Amérique du Nord. Composé de sites radar à longue et courte portée, le SAN s’étend de la côte sud de Terre-Neuve-et-Labrador, au Canada, jusqu’au versant nord de l’Alaska. Quarante-sept des 50 sites radar se trouvent au Canada.

Le SAN étant essentiel à la défense aérospatiale du Canada, l’entretien de son infrastructure est crucial. Bien que tous les sites fassent l’objet de surveillance par le centre de contrôle de la 22e Escadre North Bay, leur situation isolée présente des difficultés uniques pour les techniciens qui y travaillent.

L’entretien préventif et correctif des sites s’effectue pendant toute l’année. Comme tous les sites, sauf deux, sont sans personnel, les techniciens doivent se rendre à ces endroits éloignés en provenance de l’un des cinq sites de soutien logistique situés à Iqaluit, Inuvik, Cambridge Bay, Hall Beach et Goose Bay. Ils voyagent jusqu’aux emplacements de radars à bord d’avions ou d’hélicoptères, ou lorsque la météo et le temps le permettent, ils profitent du transport terrestre fourni par le Groupe des Rangers canadiens.

Pendant les mois d’été, les techniciens demeurent aux sites durant cinq à dix jours. En hiver, toutefois, les visites sont plus courtes en raison du froid extrême et des conditions météorologiques imprévisibles.

Les techniciens doivent apporter leur propre nourriture et leurs propres fournitures, y compris des outils leur permettant de composer avec tous les scénarios possibles.

Grâce au dévouement et à la persévérance de ces techniciens, le SAN continue à fournir les capteurs pour surveiller et contrôler le ciel arctique. Relié par satellite au Secteur de la défense aérienne du Canada, basé à la 22e Escadre North Bay, le SAN est un élément essentiel qui sert à recueillir et à fournir des données de surveillance aérospatiale. Il contribue à la souveraineté du Canada, en plus de représenter une des facettes de notre responsabilité liée au NORAD et de notre participation à ce dernier. Ce partenariat binational de 62 ans est le plus long au monde.

Afin d’assurer l’efficacité du SAN, son entretien est une nécessité. Or, grâce au soutien de plusieurs entreprises inuites, qui ont une grande expérience des infrastructures dans l’Arctique, ces projets permettront de résoudre des problèmes critiques et de garantir que le système est soutenable du point de vue de l’entretien.

Étant donné l’augmentation des interceptions de bombardiers russes et l’agrandissement de la zone d’identification canadienne, un retour à l’époque de la guerre froide, le SAN est redevenu une assurance vitale pour la sécurité de l’Amérique du Nord.

Le Major Don Ebsary est responsable des radars et des communications du Système d’alerte du Nord et la capitaine Leah Pierce fait partie des affaires publiques de la 22e Escadre.

 

Date de modification :