La 12e Escadre Shearwater nomme cinq sentinelles en chef d’escadron

Article de nouvelles / Le 31 juillet 2020

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Le Programme Sentinelle des Forces armées canadiennes vise à soutenir le bien-être mental et physique du personnel. Réunissant plus de 3 000 participants qualifiés, le programme joue un rôle important dans la prévention et la détection de la détresse chez les collègues, mais aussi dans le soutien qu’on leur apporte. Une fois dûment formés, les participants au programme doivent suivre une formation tous les ans afin de maintenir leurs connaissances et de découvrir les nouvelles ressources à leur disposition. Les membres du personnel civil peuvent également se porter volontaires s’ils obtiennent l’assentiment de leurs supérieurs et de l’aumônier de leur région affilié au programme Sentinelle.

Afin de souligner la fierté que suscitent les membres du personnel qui ont terminé la formation et le programme Sentinelle, c’était avec plaisir que nous vous proposons l’article suivant au sujet de la 12e Escadre Shearwater.

Par le sous-lieutenant Leo Zhou

« Pour moi, être une sentinelle ne consiste pas à porter un écusson, mais plutôt à aider mes camarades en offrant mon écoute lorsqu’ils en ont besoin », dit la sergent Audrey Julien du 12e Escadron de soutien opérationnel. « Les FAC sont une grande famille et tous devraient être à l’écoute de leurs pairs; tous peuvent jouer le rôle de sentinelle. »

La sergent Julien est l’une des quatre nouvelles sentinelles en chef d’escadron à avoir reçu son écusson au cours d’une cérémonie tenue en juillet 2020. Les autres sont le sergent Mathew Lake, du 12e Escadron de maintenance (Air), la sergent Leslie Blair, du 423e Escadron d’hélicoptères maritimes et l’adjudant Andre Crocker, du 406e Escadron maritime d’entraînement opérationnel. Ont assisté à la cérémonie le colonel James Hawthorne, commandant de la 12e Escadre, l’adjudant-chef de la 12e Escadre Bruno Poirier et le capitaine Noteh Glogauer, aumônier de la 12e Escadre.

La caporal Jesse Minigan, nouvelle sentinelle en chef du 443e Escadron d’hélicoptères maritimes sur la côte ouest, n’a pas pu participer à la cérémonie.

Dans le cadre du programme Sentinelle, on jumelle des militaires qui ont besoin de soutien à des participants au programme, les sentinelles, qui agissent comme intermédiaires entre les Forces armées canadiennes et le Service de l’aumônerie royale canadienne.

Quoique le programme ait vu le jour à la 12e Escadre il y a plusieurs années, le capitaine Glogauer tente de faire connaître le programme davantage.

« Je souhaite contribuer à l’essor du programme et augmenter la participation des militaires dans les escadrons, dit le capitaine Glogauer. Voilà pourquoi nous avons nommé des représentants du programme Sentinelle dans quatre escadrons. » En s’adressant aux nouvelles sentinelles en chef, il ajoute : « En tant que sentinelles en chef, vous montrerez ce qu’est une sentinelle exemplaire. Vous ferez savoir aux autres que vous êtes à leur écoute. »

En juin 2020, l’ARC à elle seule comptait plus de 1 400 sentinelles. Une fois leur instruction terminée, les sentinelles sont outillées pour savoir reconnaître les militaires en détresse et leur recommander les ressources appropriées. Tous sont les bienvenus aux séances d’instruction des sentinelles. Ceux qui seront choisis assumeront le rôle de sentinelle dans leur milieu de travail. Des ateliers d’instruction sont présentement offerts en fonction des besoins de l’unité et de l’escadron ou des intérêts du groupe.

« Les militaires peuvent se sentir plus à l’aise de discuter avec les gens qu’ils connaissent dans leur unité, à qui ils peuvent exprimer les émotions qu’ils refoulent, affirme le capitaine Glogauer. Nous espérons que tout le monde connaîtra le programme et suivra l’instruction de sentinelle. »

L’adjudant-chef Poirier, adjudant-chef de la 12e Escadre, a fait part de sentiments similaires : « Félicitations à chacun d’entre vous. Vous êtes les premiers à porter l’insigne de sentinelle en chef d’escadron. Vous agirez comme intermédiaires pour vos camarades, vous posséderez les outils nécessaires pour savoir s’ils sont en détresse. Vous pourrez réellement améliorer le cours des choses. »

À la fin de la cérémonie, le colonel Hawthorne a remercié les quatre militaires de la 12e Escadre qui jouent le rôle de pionniers. « Vous êtes les ambassadeurs du programme des sentinelles d’escadron », a-t-il dit. « Merci d’assumer ce rôle. »

Le sous-lieutenant Leo Zhou fait partie des affaires publiques de la 12e Escadre.


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les officiers du génie électrique et de communications fournissent des services de gestion des télécommunications et de l’information pour soutenir les opérations des Forces armées canadiennes (FAC) au pays et à l’étranger.
         - Fournir des services de gestion des télécommunications et de l’information
         - Utiliser et entretenir le système de communications tactiques de l’Aviation royale canadienne ainsi que le système de communications stratégiques
         - Gérer le système de contrôle de la circulation aérienne ainsi que le système électronique
         - Fournir des conseils au sujet de la planification et de l’acquisition d’un système de surveillance basé au sol, d’un système de communication et d’un système de technologie de l’information

         - Coordonner les systèmes de surveillance, de reconnaissance et de communication du renseignement

         - Administrer les systèmes de données, d’information et de gestion des connaissances
         - Participer à la gestion de la gamme complète des radiocommunications terrestres et des télécommunications liées aux radars et systèmes de navigation à haute fréquence (HF) et à fréquence extrêmement haute (EHF), à la guerre électronique, à la cryptographie, au renseignement électronique ainsi qu’à la communication et à la sécurité de réseau

http://forces.ca/fr/carriere/officier-genie-electrique-communications/

Date de modification :