Vaccination contre la COVID-19 dans l’ARC

Foire aux questions

Foire aux questions

Sur cette page

Information générale

1. Est-ce que je me verrai imposer des restrictions dans mon travail au quotidien si je ne reçois pas le vaccin?

Le travail au quotidien ne fera pas nécessairement l’objet d’autres restrictions que celles déjà en vigueur en raison des mesures de santé publique concernant la COVID-19. Toutefois, plus il y a de personnes vaccinées dans notre collectivité et notre milieu de travail, plus nous pourrons assouplir rapidement les mesures de santé publique.

2. Comment appliquera-t-on les mesures de santé publique concernant la COVID-19 à un groupe de personnes qui travaillent à proximité les unes des autres si certaines d’entre elles ont reçu le vaccin et d’autres pas?

À court terme, jusqu’à ce que suffisamment de personnes aient reçu le vaccin pour prévenir la propagation de la maladie, on continuera à appliquer les mesures de santé publique comme l’éloignement physique, le port de masques et le lavage fréquent des mains.

3. Où puis-je prendre rendez-vous pour me faire vacciner?

Quelqu’un de votre région, soit un membre du personnel d’un centre de soins de santé des Forces armées canadiennes (FAC) ou de la chaîne de commandement, communiquera avec vous pour vous donner l’information nécessaire lorsque ce sera à votre tour de vous faire vacciner. Pour en savoir plus sur l’ordre dans lequel les différents groupes recevront le vaccin, veuillez lire le message du médecin général des FAC.

Opérations, exercices et missions

1. Pourrai-je participer à des déploiements au pays et dans le monde ainsi que prendre part à des exercices et à des missions si je ne reçois pas le vaccin?

Comme d’autres vaccins administrés au personnel des FAC, le vaccin contre la COVID-19 ne sera pas obligatoire; il s’agira d’une option volontaire pour tous. La décision de rendre obligatoire un vaccin donné pour une opération, un exercice ou une mission appartiendra aux commandants opérationnels, qui la prendront après avoir consulté leurs conseillers médicaux. Toutefois, il se peut que les membres du personnel des FAC aient à présenter une preuve de vaccination contre la COVID-19 pour travailler dans certains milieux à haut risque ou auprès de populations vulnérables. Il se peut aussi que certains pays modifient leurs exigences liées à la quarantaine suivant l’entrée et au dépistage en fonction de la vaccination. L’intention consiste à protéger les FAC, ainsi qu’à protéger les autres, afin de maintenir l’efficacité opérationnelle pendant que les militaires servent le Canada et les Canadiens au pays et à l’étranger.

2. Qu’en est-il des vols du temps des Fêtes? Le vaccin sera-t-il obligatoire pour toute personne voyageant ou travaillant à bord de ces avions? Si vous ne pouvez pas garantir la vaccination de tout le monde, me rembourserez-vous si j’utilise ma voiture personnelle?

Le commandement établira les politiques portant sur la vaccination et les vols du temps des Fêtes, ainsi que sur le remboursement de frais liés à l’utilisation d’une voiture personnelle. Cela dit, on encourage fortement tous les membres du personnel des Forces armées canadiennes admissibles à se faire vacciner contre la COVID-19 afin d'assurer leur propre protection et celle des gens avec qui ils entrent en contact.

3. Comment assurerez-vous la sécurité du public pendant l’opération Lentus ou d’autres évacuations semblables effectuées au moyen d’aéronefs de l’ARC si tous les membres du personnel navigant n’ont pas reçu le vaccin?

En raison des déplacements qu’ils doivent faire, la grande majorité des membres d’équipages navigants comprennent l’importance de la vaccination étant donné qu’ils courent un plus grand risque de contracter la maladie depuis le début de la pandémie à cause de leur travail. On encourage fortement tous les membres du personnel des Forces armées canadiennes admissibles à se faire vacciner contre la COVID-19 afin de se protéger eux-mêmes et de protéger les gens avec qui ils entrent en contact.

Personnel navigant

1. Je fais partie d’un équipage navigant ou du groupe professionnel du contrôle aérospatial. Si je reçois le vaccin contre la COVID-19, est-ce qu’on m’interdira de voler à bord d'aéronefs? Si oui, pendant combien de temps?

Les membres du personnel navigant feront l’objet d’une interdiction de voler pendant les 48 heures suivant l’administration de chacune de leurs doses de vaccin contre la COVID-19, après quoi ils pourront reprendre leur travail à bord d’aéronefs sans consulter de professionnel de la santé de la Force aérienne, pourvu que tout effet indésirable se soit complètement estompé. Si, toutefois, un membre du personnel navigant ou du groupe professionnel du contrôle aérospatial continue à présenter des effets secondaires mineurs engendrés par le vaccin (p. ex., endolorissement du bras, léger mal de tête, frissons, etc.) pendant plus de 48 heures après l’inoculation, il devra continuer à se soumettre à l’interdiction de vol jusqu’à 72 heures après la vaccination et reprendre le travail sans préalablement consulter un médecin de l’air ou un professionnel de la santé. Cependant, tout effet indésirable grave qui n’est pas normalement causé par l’administration du vaccin ou qui dure plus de 72 heures nécessitera l’intervention d’un professionnel de la santé de la Force aérienne, qui évaluera le membre du personnel navigant en question afin de déterminer la manière de procéder pour assurer un retour au travail en toute sécurité.

2. En tant que membre du personnel navigant, dois-je recevoir un vaccin précis?

Non, vous pouvez vous faire administrer n’importe lequel des vaccins autorisés. Le meilleur vaccin pour vous est celui que vous pouvez vous faire administrer. Tous les vaccins autorisés au Canada sont sans danger et efficaces. La plupart des membres du personnel des Forces armées canadiennes admissibles recevront le vaccin de Moderna..

3. Je suis technicien d’aéronefs. Est-ce que je peux continuer à travailler sur des aéronefs et des systèmes de sécurité après avoir reçu mon vaccin?

Tout à fait. Normalement, la vaccination ne devrait avoir aucune incidence sur votre capacité de poursuivre votre travail de technicien en toute sécurité. Un petit nombre de gens pourrait présenter des effets secondaires temporaires relativement plus graves. Dans de tels cas, les unités peuvent allouer deux journées de congé aux militaires concernés sans avoir à évaluer leur santé comme on doit normalement le faire dans les FAC. Afin de réduire le risque que plusieurs membres du personnel d’une unité présentent à la fois des effets secondaires, on peut limiter le nombre de personnes qui reçoivent le vaccin en même temps. Par exemple, les unités pourraient faire en sorte que seul un tiers de leur personnel se fasse vacciner toutes les semaines.

4. Les membres de la collectivité de recherche et de sauvetage doivent-ils obligatoirement se faire vacciner?

Comme d’autres vaccins administrés au personnel des FAC, le vaccin contre la COVID-19 ne sera pas obligatoire; il s’agira d’une option volontaire pour tous. La décision de rendre obligatoire un vaccin donné pour une mission ou un exercice de recherche et de sauvetage appartiendra aux commandants opérationnels, qui la prendront après avoir consulté leurs conseillers médicaux. Toutefois, il se peut que les membres du personnel des FAC aient à présenter une preuve de vaccination contre la COVID-19 pour travailler dans certains milieux à haut risque ou auprès de populations vulnérables. L’intention consiste à protéger les FAC, ainsi qu’à protéger les autres, afin de maintenir l’efficacité opérationnelle pendant que nous servons le Canada et les Canadiens au pays et à l’étranger.

5. Le vaccin risque-t-il d’entraîner des effets secondaires pouvant avoir une incidence sur les gens qui effectuent des vols ou qui soutiennent des opérations aériennes?

Lors de l’administration de vaccins pendant les essais cliniques, on a signalé des effets secondaires généralement légers ou modérés, dont de la douleur au lieu d’injection, des frissons, ainsi que des sensations de fatigue et de fièvre. Il s’agit d’effets secondaires du vaccin relativement communs engendrés par la réaction immunitaire normale du corps et qui ne présentent aucun danger pour la santé. Toutefois, comme il en va de tous les vaccins, il y a un risque d’effet secondaire grave, comme une réaction allergique, quoiqu’il soit minime. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on doit patienter quinze minutes à la clinique, où l’on peut offrir les soins nécessaires s’il y a lieu. La grande majorité des effets indésirables qui surviennent s’estompent en quelques jours. Par conséquent, ils ne devraient pas normalement avoir d’incidence sur les opérations aériennes après l’interdiction de vol de 48 heures mentionnée ci-dessus.

Milieu de travail

1. Informera-t-on ma chaîne de commandement du fait que j’ai reçu ou non le vaccin et dans quelles circonstances pourrait-on lui fournir cette information médicale?

On n’informera pas les chaînes de commandement de la décision des membres du personnel de se faire vacciner ou non. Toutefois, les chaînes de commandement recevront des données d’ensemble sur la vaccination pour leur escadre ou leur base. Cela dit, si une opération ou une tâche précise nécessite la vaccination en fonction de preuves et de conclusions médicales, ou si l’on doit présenter une preuve de vaccination pour entrer dans un pays, il se peut qu’un militaire ne puisse pas y entrer parce que son état médical sera « rouge » selon le Groupe d’aide au départ. Toutefois, on ne communiquera pas d’information précise au sujet de l’état de vaccination à la chaîne de commandement. Pour le moment, la vaccination contre la COVID-19 ne fait pas partie du processus ARV, ce qui pourrait toutefois faire l’objet d’une réévaluation si la COVID devenait endémique.

Familles de l’ARC

1. Aurai-je quand même accès aux services de soins de santé militaires si je contracte la COVID-19 et que j’ai décidé de ne pas me faire vacciner?

En tant que militaire, vous aurez quand même accès aux services de soins de santé. Les Services de santé des Forces canadiennes fourniront des soins de santé de qualité à tous les membres du personnel des FAC, qu'ils aient reçu ou non le vaccin.

2. Qu’en est-il de ma famille et des employés civils? Peuvent-ils recevoir leur vaccin au même moment que moi?

R. La vaccination des membres de famille civils et des membres civils de l’Équipe de la Défense du ministère de la Défense nationale relève selon la loi du système de santé de la province ou du territoire que ces personnes habitent. On a pris des dispositions selon lesquelles, dans des circonstances opérationnelles exceptionnelles, les réserves de vaccins des FAC peuvent servir à inoculer certains civils dans des situations très précises avec l’autorisation du ministère. Toutefois, il ne s’agira pas d’une pratique commune ou régulière. Les sites Web des provinces et des territoires contiennent de l’information sur les réservations concernant la vaccination des membres de famille et des civils travaillant à la Défense nationale.

Message du médecin-chef

Message du médecin-chef

Pour en savoir plus sur l’ordre de vaccination des différents groupes et sur la campagne de vaccination, lisez le message du médecin-chef.

Date de modification :