Les partenariats

La collaboration avec les alliés et les partenaires est une composante essentielle du programme spatial interarmées et interallié du MDN et des FAC. En travaillant en étroite collaboration avec leurs alliés, les FAC ont cherché des moyens de tirer parti des capacités de leurs partenaires en matière d’instruction et d’opérations, afin de faire en sorte que le Canada jouisse d’un accès continu et ininterrompu aux connaissances spatiales à l’appui des opérations nationales et à l’étranger.

Les capacités spatiales évoluent rapidement dans un milieu de plus en plus congestionné, contesté et concurrentiel. Faire progresser les liens entre les alliés et les partenaires afin d’améliorer les capacités des systèmes spatiaux et de renforcer leur résistance face aux menaces naturelles et d’origine humaine est une tâche permanente et un élément important de la vision de la Défense nationale pour l’espace, qui s’articule dans la politique de défense du Canada.

La collaboration avec les alliés et les partenaires est essentielle pour promouvoir l’utilisation responsable et la protection du milieu spatial. En renforçant la coordination et l’adaptabilité, en encourageant un comportement responsable et en étant prêts à défendre et à protéger nos capacités, nous améliorons nos capacités nationales et collectives de dissuader les activités de l’adversaire. Le sous-ministre adjoint (Gestion de l’information), ou SMA(GI), travaille étroitement avec l’ARC afin de livrer ses capacités spatiales pour faire en sorte que les FAC aient l’équipement voulu pour affronter l’avenir. De plus, le SMA(GI) assure le maintien des capacités spatiales une fois celles-ci opérationnelles afin de veiller à ce qu'elles demeurent en bon état aujourd’hui comme à l’avenir.

Les opérations spatiales interalliées

Le Canada est l’un des principaux participants à l’Initiative d’opérations spatiales interalliées, un accord du « Groupe des cinq » conclu en 2014 qui regroupe désormais d’autres pays qui partagent les mêmes idées, à savoir la France et l’Allemagne.

L’Initiative d’opérations spatiales interalliées offre la possibilité d’améliorer la coopération en matière d’activités de défense spatiale. Elle vise à accroître la résilience des capacités spatiales, à améliorer la collaboration opérationnelle et à optimiser les ressources des pays participants. Elle permet également d’aborder les questions de politique opérationnelle, de droit et de capacités liées à l’espace, et de faire progresser les objectifs communs.

Un exemple d’activités menées dans le cadre de l’Initiative d’opérations spatiales interalliées est la collaboration du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Australie au Centre d’opérations spatiales interalliées (COSI), un établissement multilatéral, en vue d’améliorer la coordination des mesures de défense spatiale. Le Centre des opérations spatiales canadiennes, à Ottawa, et le Centre d’opération du système de détecteurs, à North Bay, participent à la surveillance des déplacements des satellites, en plus de collaborer régulièrement avec le Centre des opérations spatiales canadiennes et de mener des activités d’intégration avec lui. 

Autres ministères

Les FAC collaborent avec d’autres ministères sur les questions liées à l’espace. La Défense nationale, tout en dirigeant les politiques et les programmes spatiaux de la défense, entretient des relations étroites avec l’Agence spatiale canadienne, qui fournit un soutien spécialisé et coordonne les programmes spatiaux civils du Canada.

L’ARC est fière de compter parmi ses membres deux astronautes actifs : le colonel Jeremy Hansen et le lieutenant-colonel Joshua Kutryk, tous deux détachés à l’Agence spatiale canadienne dans le cadre du Programme des astronautes. Le colonel (retraité) Chris Hadfield, premier astronaute canadien à faire des sorties dans l’espace et premier commandant canadien de la station spatiale internationale, est également un ancien militaire de l’ARC.

Les FAC participent également à un certain nombre d’organismes de gouvernance supérieurs liés à l’espace et travaillent avec Affaires mondiales Canada, en vue d’optimiser les capacités spatiales de l’ensemble du gouvernement, de favoriser l’adoption de directives de durabilité à long terme pour l’utilisation de l’espace et de soutenir les efforts internationaux en matière de sécurité spatiale, dont les discussions et efforts des Nations Unies afin de promouvoir un usage pacifique de l’espace. Le Canada appuie aussi entièrement la politique spatiale globale de l’OTAN et joue un rôle de chef de file pour ce qui est d’attirer l’attention de l’OTAN sur l’importance que revêt l’espace.

Le Centre des opérations spatiales canadiennes et ses liens avec le Centre des opérations du gouvernement travaillent en coordination avec Sécurité publique Canada pour fournir des données et des analyses liées à la rentrée dans l’atmosphère d’objets artificiels (satellites et gros débris comme les corps de fusées après les lancements). Sécurité publique Canada peut alors évaluer le danger potentiel que représente la rentrée de tels objets dans l’atmosphère pour les citoyens et les infrastructures du Canada de manière opportune et précise.

Date de modification :